A propos

PASHMINAS, CASHMERE, ETOLES, CHALES, ECHARPES … DE QUOI S’Y PERDRE !

Qu’est ce qu’un PASHMINA ?  Le terme souvent à tort employé désigne simplement une grande écharpe, ou châle, dans laquelle on peut s’envelopper. C’est aussi la plus haute qualité de Cachemire.

A l’origine, seuls les nobles et dames fortunées pouvaient se permettre le luxe de se parer de ces étoffes délicates, légères et si chaudes à la fois.  Les plus recherchées provenaient des poils de chèvre ou antilopes tibétaines, (chiru) recueillis sous le ventre et la gorge de l’animal. Ces poils ou cette laine, appelés aussi toosh, ou SHAHTOOSH, se trouvent en petite quantité et font les pièces les plus précieuses qui peuvent atteindre plusieurs milliers d’euros. Autrefois, ces animaux étaient tués, car les nomades en appréciaient la chair et n’utilisaient la laine qu’accessoirement. Aujourd’hui heureusement, ces animaux font l’objet d’élevages dans les hautes montagnes du Tibet, du Népal, du Kashmir, et tout le manteau de l’animal est exploité après la tonte, d’où les différences de qualité de la laine.

Plus les animaux sont élevés en altitude, plus le manteau est fourni et soyeux,  mais plus l’élevage et la tonte s’avèrent difficiles… plus le résultat final est coûteux…

Une fois la laine récoltée, elle est divisée, nettoyée, cardée, et envoyée aux tisserands qui la fileront et la tisseront.  Les laines les plus fines seront filées et tissées à la main, car elles ne supporteront pas les métiers mécaniques. C’est ce qui donnera la plus haute qualité de CACHEMIRE.  A l’état brut, le Cachemire est toujours de couleur naturelle,  allant du blanc au ficelle. Il sera teint plus tard soit avec des teintures végétales et à la main, ou de façon moins artisanale avec des teintures classiques. Ensuite, les pans de tissus seront lavés, repassés, puis brodés,  selon les coutumes de chaque région et villages.

Les écharpes que nous trouvons le plus souvent, avec des tissages et des motifs différents, ont été tissés avec des fils de couleurs différents déjà teints, et montés sur métiers selon un patron déterminé.

Ensuite, nous auront la  laine, ou lambswool, toujours très chaude,  et travaillé selon les mêmes critères. C’est pourquoi on constate des différences de prix importantes selon que le fil et filé et tissé à la main (hand spCachemire et soieun hand wowen), filé main, tissé mécaniquement, ou filé et tissé mécaniquement.

Puis viennent les différents mélanges : Cachemire et soie, laine et soie, laine et coton, laine et lin, soie et lin, puis modal, qui est une fibre artificielle tirée de la cellulose du bois de hêtre, s’apparentant à la viscose.

Finalement, dans les mélanges, il y aura le pourcentage de chaque fibre : 100/80, 100/70, 50/50,  80/20, etc… rendant l’aspect de la pièce différent.

Voilà un petit tour des Himalayas des différentes qualités et aspects des écharpes que nous avons le plaisir de vous présenter,  mais il y en aurait encore tant à raconter…